Quentin Rochet, Les filles de Saint Bruno au Moyen Age, Rennes, PUR, 2013.

Quentin Rochet est la lauréat du prix Mnémosyne 2010.

Les Filles de Saint Bruno

L’ouvrage se propose de dresser un tableau de l’évolution de la branche féminine des Chartreux, de son apparition jusqu’au XVe siècle. Il s’agit ensuite, sur la base de cette synthèse chronologique, de chercher à comprendre si les moniales cartusiennes, bien que peu nombreuses, constituent une branche pleinement intégrée à l’ordre des Chartreux ou s’il s’agit d’un phénomène secondaire, marginal par rapport à la branche masculine.
Une question qui s’applique aussi bien à leur mode de vie, qu’à la liturgie qu’elles mettent en oeuvre ou à la spiritualité qu’elles ont pu développer. Originalité du monachisme féminin médiéval, adaptation d’une règle érémitique à un publique féminin pourtant peu apte à ce mode de vie dans la vision médiévale, épiphénomène ou branche à part entière de l’ordre chartreux, les questions posées par l’expérience des moniales cartusiennes sont nombreuses.
C’est aussi la différenciation des sexes dans la société médiévale, à partir d’un idéal monastique commun, qui se dessine. C’est également l’occasion de montrer que l’on peut, par l’histoire du genre, faire avancer l’histoire religieuse, celle des moniales d’abord, mais également celles des Chartreux eux-mêmes puisque l’attitude qu’ils adoptent tout au long du Moyen Âge -et l’évolution de leurs postures- permet d’appréhender leur vision des femmes médiévales en général et celle des moniales en particulier.

 

 

Print Friendly