par Jean-François Dortier
SciencesHumaines-n°221_dec-2010
Mensuel N° 221 – décembre 2010
Imaginer, créer, innover…Le travail de l’imagination – 5€50

Aux Entretiens de l’histoire de Blois, les historiens racontent volontiers pourquoi ils se passionnent 
pour des sujets minuscules, mais qui révèlent 
des phénomènes bien plus vastes de notre passé.

Tous les ans à Blois ont lieu les Entretiens de l’histoire. Durant quatre jours, tout ce que la petite ville compte d’amphithéâtres, de salles de conférence et même de cafés est occupé par des rencontres, tables rondes et débats. Pour sa XIIIe édition, le thème fédérateur était « Faire Justice » et les sujets de débat ne manquaient pas : de la justice médiévale aux actuels tribunaux internationaux, des crimes de l’Antiquité au procès d’Outreau, etc., plusieurs centaines de rencontres sont offertes à un public toujours au rendez-vous, le succès ne se démentant pas d’une année à l’autre.

Une autre occasion exceptionnelle est offerte à Blois : aller rencontrer directement les auteurs, qui pendant une heure ou deux sur leur stand, se plient volontiers au rituel de la signature. Pour les voir, il faut se rendre dans la grande librairie ouverte où des dizaines d’éditeurs regroupés dans la halle aux grains et sous un chapiteau voisin tiennent leur stand (Sciences Humaines y a le sien). Nous sommes allés à la rencontre de quelques-uns de ces auteurs.

(…)

La femme écouillée

Reprenons notre déambulation. Quelques allées plus loin, au hasard, mon regard tombe sur un panneau « Mnémosyne » (Association pour le développement de l’histoire des femmes et du genre). Trois historiens sont là pour présenter un livre d’exception, La Place des femmes dans l’histoire. Une histoire mixte (Belin), qui vient tout juste de sortir de l’imprimerie. Un livre qui a la facture d’un manuel, qui respecte les découpages d’histoire scolaire, propose des textes de synthèse, des documents…, mais dont l’optique est celle de relire l’histoire en prenant en compte la place des femmes, « un autre récit qui sort les femmes de l’ombre », écrit le dépliant. J’engage le dialogue avec les auteurs présents.

C’est l’occasion de poser une question récurrente à propos des « maîtresses femmes ». Pas seulement des femmes de pouvoir (reines, impératrices ou courtisanes), mais des femmes du peuple qui, malgré la domination masculine, le joug de la loi, de l’éducation, de la coutume…, réussissent tout de même à s’imposer dans la sphère domestique comme de véritables tyrans, soumettent leur mari et dirigent le foyer d’une poigne de fer. En a-t-il existé à toutes les époques de l’histoire ? L’historien pourrait-il en trouver la trace ?

C’est Didier Lett, l’un des auteurs, rédacteur du chapitre sur le Moyen Âge, qui me répond. «  Dans les fabliaux du Moyen Âge, on trouve des récits de “femmes écouillées”. L’une de ces fables raconte comment un homme a réussi à mater sa belle-mère, une matrone intraitable. Il a organisé un simulacre d’opération où on lui a extrait des couilles de taureau qu’elle avait dans les fesses. La femme ainsi “écouillée” est redevenue docile et les choses pouvaient alors rentrer dans l’ordre. L’ordre masculin, s’entend. C’est une fable évidemment racontée du point de vue des hommes. Mais elle indique bien que le profil des “maîtresses femmes” était connu à l’époque. »

Chaque stand est ainsi l’occasion d’entrer dans une nouvelle histoire. Chaque couverture de livre est une tentation, une porte qui ouvre vers un bout de monde disparu. Ici, on peut se replonger dans l’univers des Mayas, là ce sont les pirates et flibustiers, ici le procès Eichmann… Chaque historien a reconstitué un petit morceau de cette longue histoire des hommes (et des femmes). Et sur chaque table de chaque stand, des dizaines et des dizaines de couvertures, autant de portes vers le passé.

Le temps d’un long week-end, à Blois, on peut ainsi rouvrir à volonté les pages oubliées de l’histoire.

par Philippe Petit

logo-France-culture

Aujourd’hui dans l’Essai du Jour : «La place des femmes dans l’histoire. Une histoire mixte», coordonné par Geneviève Dermenjïan, Irène Jami, Annie Rouquier, Françoise Thébaud, aux Éditions Belin, 30 euros.

J’ai ouvert ce livre avec les meilleures dispositions du monde. L’idée d’écrire une histoire mixte où les femmes recouvrent une place qui leur fut souvent volée est en soi une idée noble. La transmission d’un récit essentiellement masculin dans le discours historique enfreint la libre émulation des sexes autant que leur commerce. Faire de la place des femmes dans l’histoire une priorité, voire une sorte de récit de substitution, est une entreprise qu’il convient de saluer. Je dirais tout à l’heure ma déception, mais je commencerai par mon approbation. L’histoire des relations entre hommes et femmes et la longue aventure des identités masculines et féminines touche à ce qu’il y a de plus constitutif de l’identité des sociétés et des individus. On ne saurait en effet aborder l’une sans s’appuyer sur l’autre. Quiconque se penche sur la présence des femmes dans la sphère publique est amené à faire sa part à la vie privée. Marguerite Duras dans « La vie matérielle » (1987) évoque cette double inscription entre le dehors et le dedans, entre la vie au bistrot et la vie à la maison, qui lorsqu’on parcourt les siècles, recoupe aussi bien le départ des hommes à la guerre, que celui d’Ulysse, le destin des Amazones et celui de Pénélope. Car si les formes de la vie privée ont connu de profondes transformations et ont pu entrer en conflit permanent avec la sphère publique, au point de se confondre parfois aujourd’hui avec elle, sous le nom de visibilité, il n’est pas sûr que « la loi du lit », telle qu’elle fut énoncée par Homère, se soit métamorphosée au même rythme et selon les mêmes valeurs. Les mœurs changent, mais il leur arrive parfois de se maintenir, et même de régresser.

Quand il s’agit du féminisme, il ne faut jamais crier victoire !

Si l’histoire était un progrès continu, cela se saurait. Et il n’y aurait plus besoin de parler de « desperate housewives ». Je me méfie de l’histoire édifiante. Mais je me méfie aussi de l’historicisme qui met l’histoire à toutes les sauces, et réduit les comportements humains à de pures constructions sociales. Je m’explique. J’adhère totalement à l’idée que la place des femmes dans l’histoire enseignée est insuffisante et que cette insuffisance est un véritable frein dans la marche vers l’égalité. Enseigner une histoire résolument mixte devrait être un impératif. Ce livre a le mérite de rétablir nombre de vérités. « Le tour de France par deux enfants », par exemple, fut publié en 1877 chez Belin – le même éditeur que cette histoire mixte – et était signé Giordano Bruno, alors qu’il fut écrit par Augustine Fouillée, la femme d’Alfred, le philosophe (1836-1912). De la même manière, on a tendance à minimiser le rôle des femmes dans la Résistance, ou bien, on a l’habitude de parler des « Pères de l’Europe », mais on oublie de nommer les Mères : Louise Weiss, Marcelle Devaud, Irène de Lipkowski. Tout cela est grotesque.

Mais il ne faut pas en rester là. « L’empire des femmes » – pour reprendre l’expression d’un dénommé Thomas au XVIII siècle- fut si souvent frappé d’ambivalences qu’il servit à la fois la cause de l’oppression et de l’émancipation. Une histoire mixte permet d’échapper à cette opposition. Elle nous fait comprendre que pour s’opposer, les hommes et les femmes ont toujours composé, pour le pire et le meilleur. Et s’il est des femmes qui se pâmaient devant les beaux yeux de Pétain, il en est d’autres qui surent résister aux assauts de Napoléon. Et que c’était justement pour cette raison – échapper aux fausses emprises de la différence sexuelle – que les romantiques se cherchèrent des sœurs, Alexandra Kollontaï ( 1872-1952) défendit l’amour libre, et Colette quitta Willy.

Le reproche que l’on peut faire à cette histoire mixte est sa prudence. Elle avance sur des œufs. Concernant le voile par exemple et la place des femmes dans les cultures d’islam, j’aurais aimé voir citer Mohamed Arkoun et pas seulement Fadela Amara, au demeurant sympathique. J’aurais aimé que la part faite aux changements n’occulte pas le rôle de la longue durée. J’aurais aimé que le mot de mutation ne soit pas prétexte à réaffirmer des bons sentiments, certes respectables, mais qui ne nous protègent ni des incertitudes du présent, ni des nouvelles peurs, ni du conformisme. J’aurais aimé qu’au catéchisme républicain de nos ancêtres, elle ne cède pas à la tentation de lui substituer un autre catéchisme…

 

Retrouvez la chronique de Philippe Petit sur Marianne.net

Chronique du 29/11/2010
6 heures 41/France Culture
Dans l’émission : Pas la peine de crier

A l’occasion de la sortie du livre « La place des femmes dans l’histoire – Une histoire mixte » en 2010, Pascale Barthelemy présidente de Mnémosyne présente l’association sur le site de Teledebout avec qui nous sommes partenaires pour le prix Buzzons contre le sexisme

Buzzons-Mnemosyne

http://teledebout.org/videos/camera-au-poing/cap-associations/mnemosyne/

 


Programme

Les interventions

Première session
Enjeux d’une histoire des femmes et du genre

– Quelle visibilité pour les femmes : spécificité ou intégration ?, Siân Reynolds

– Le genre de la préhistoire : la moitié « invisible » de l’humanité préhistorique, Claudine Cohen

– Genre et Révolution : un mode de subversion du récit historique, Jacques Guilhaumou et Martine Lapied

Deuxième session
Tranmissions dans l’enseignement supérieur : avancées et blocages

– L’histoire des femmes et du genre dans les universités : diversité et paradoxes en Europe, Claudia Opitz

– Transmettre l’histoire des femmes et du genre dans l’enseignement supérieur: un modèle américain ? Rebecca Rogers

– Faire école d’histoire des femmes, la Société Italienne des Historiennes, AnnaScattigno

– Table ronde : « Transmissions dans l’enseignement supérieur », Anne-Claire Rebreyend

Troisième session
Transmissions et expériences dans l’enseignement élementaire et secondaire : blocages et avancées

– L’auteur(e) de manuel du primaire à la peine, Geneviève Dermenjian

– Les manuels, les femmes et la vulgate, Annie Rouquier

– Table ronde : Compte-rendu, Gérald Attali

– Table ronde : Pourquoi enseigner l’histoire des femmes et du genre ?, Nicole Cadène

Quatrième session
Ressources disponibles/ressources souhaitables pour les enseignants

– Femmes et genre dans la Documentation photographique, 1950-2005, Dany Bataille