Publications adhérents

« La France sera virile ou morte », a-t-on dit en 1944. « Virile », elle le fut, et les tontes des femmes accusées de collaboration en témoignent… Sur cet épisode de notre histoire qui, aujourd’hui encore, continue de susciter un malaise, on croyait tout savoir : ayant couché avec l’ennemi, des femmes avaient été violemment punies, dans un très court laps de temps, par des foules vengeresses et des résistants de la dernière heure. Ce livre, qui s’est imposé d’emblée comme un classique, montre que la moitié seulement de ces femmes avaient eu des relations sexuelles avec les Allemands ; que les tontes n’eurent rien d’éphémère ; et que 20000 personnes environ furent touchées, de tous âges et de toutes professions, dans la France entière. Que s’est-il donc réellement passé ? Pourquoi des femmes ? Et quel sens donner à cet événement ?

Fabrice Virgili, Payot, « Petite bibliothèque », 2019.

Honni par une droite réactionnaire qui se cherche une identité, célébré par une gauche intellectuelle qui a pourtant tardé à en entreprendre l’étude, le genre fait toujours polémique. En désaccord avec les uns et les autres, Geneviève Fraisse s’emploie à explorer cette promesse conceptuelle soucieuse d’un nouvel objet philosophique en construction, dans la droite ligne de ses travaux sur l’émancipation des femmes et l’égalité des sexes.

Il sera question de vérité, où l’Un, le Deux et le Multiple font face à l’exigence « queer » qui cherche à se définir. « Genre » est un mot en excès, car la question qu’il traite – l’égalité des sexes et la sexualité humaine – déborde toujours l’ordre établi.

Geneviève Fraisse, Seuil, « Essais », 2019

 

 

Going beyond the issue of the persecution of homosexuals and the central role played by Nazi Germany between 1939 and 1945, this book is the first to examine the daily lives of homosexual men and women in wartime. By bringing together European specialists on the subject, it relates a different history, one which was indeed marked by repression but also by enlistment in armies at war and resistance groups, not to mention collaboration. Chapter by chapter, it enables us to better understand why the Second World War was a turning point for gays and lesbians in Europe and why our continent is a leader in the fight against discrimination.

For the Council of Europe, this book contributes to two separate programmes, the Passing on the Remembrance of the Holocaust and Prevention of Crimes against Humanity programme and the Promoting Human Rights and Equality for LGBT People programme, within the framework of Committee of Ministers Recommendation CM/Rec(2010)5 on combating discrimination on grounds of sexual orientation or gender identity programme. It also continues work towards acknowledging all of the victims of the Nazi regime.

 

Régis Schlagdenhauffen (dir), Conseil de l’Europe, 2018.

 

 

 

 

 

https://book.coe.int/eur/en/human-rights-and-democracy/7678-queer-in-europe-during-the-second-world-war.html

Alors que dans les universités du monde entier se développe l’histoire globale, la campagne présidentielle française de 2017 a remis en scène la discussion sur « le roman national » et sur les origines de la France. Parallèlement à la controverse sur quelle Histoire enseigner aux enfants, le débat s’est désormais noué autour des questions identitaires: rejet de la mondialisation et déclarations contre l’islam qui ciblent en fait les populations migrantes considérées comme irréductiblement étrangères.
En prenant appui sur les recherches menées, dans différents champs de l’Histoire, sur les groupes et les personnes exclus du « roman national », en plaçant la focale sur une « histoire d’en bas », on pourrait sans doute faire émerger un « récit commun » qui tienne compte de la spécificité des expériences françaises tout en les situant dans des temporalités et à des échelles mondiales. C’est cette hypothèse que ce livre entend défendre.

 

Michelle ZANCARINI-FOURNEL, P.U. Bordeaux, 2018.

 

 

 

 

 

http://www.pub-editions.fr/index.php/nouveautes/une-histoire-nationale-est-elle-encore-possible.html

Accessible et riche, inventive sur le plan de la recherche documentaire comme dans la réflexion, cette histoire des sexualités propose de retracer les grandes étapes et les évolutions des normes et des mentalités. « Fait social total », la sexualité est à l’intersection de plusieurs types d’approches historiques : sociales, anthropologiques, culturelles, linguistiques. Sous les projecteurs croisés de la démographie historique, de l’anthropologie culturelle et de l’histoire sociale, son histoire pose l’hypothèse que les comportements humains qui lui sont liés – fantasmes et représentations, pratiques érotiques et procréatives – sont eux aussi des objets qu’il s’agit d’étudier sans les détacher des autres pans de l’histoire humaine. Mais on ne saurait aujourd’hui s’intéresser à la sexualité sans y faire également entrer des outils forgés dans le champ de l’histoire du genre. Plus que jamais, la sexualité est devenue un domaine incontournable de l’histoire.

sous la direction de Sylvie Steinberg, PUF, 2018.

 

 

 

 

 

 

https://www.puf.com/content/Une_histoire_des_sexualités

«Alors que l’orage s’éloigne, une tâche immense s’impose à tous les Français : celle de refaire notre belle France que les nazis ont souillée de leur présence.»
Cet écho du Travailleur de l’Oise en octobre 1944 illustre la démarche de ce livre : s’attacher non plus à la seule étude politique et institutionnelle de l’épuration, mais, dans la veine d’une historiographie renouvelée, aux Françaises et aux Français face à l’événement.
Il y a une évidente dimension populaire de l’épuration. Il s’agit non pas du catalyseur des «excès de la foule» qui déborderait les nouvelles autorités, mais au contraire d’un mouvement antérieur à l’installation du pouvoir politique à la Libération. Deux dynamiques coexistent en effet dès le début de l’Occupation. L’une, en France, souterraine mais qui s’étend, lente et silencieuse, menace les traîtres et, l’heure venue, veut les tuer ; l’autre, à Londres, puis dans les autres terres d’exil, réfléchit à la justice et à ses normes et prépare des ordonnances. Ces dynamiques, disjointes, se conjuguent finalement au moment de la libération des territoires dans une grande diversité de situations.
Cette histoire sociale de l’épuration prend en considération également la question du genre : les relations entre les femmes et les hommes ne sont pas seulement perturbées durant la guerre, leurs identités respectives le sont également et durablement. La volonté de régénération de la patrie et des mœurs, notamment des mœurs féminines, explique l’ignominie des tontes.
C’est donc dans un cadre géographique et social élargi que cet ouvrage envisage l’épuration : du village au pays tout entier, jusqu’au continent et à l’Empire ; de l’intimité du domicile et de la famille au bureau, à l’usine ou au champ, de la rue au tribunal, des Maquis aux prisons.

François Rouquet et Fabrice Virgili, Gallimard, 2018

 

 

 

 

 

 

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Folio/Folio-histoire/Les-Francaises-les-Francais-et-l-Epuration

 

This book offers a comparative perspective on Northern and Southern European

laws and customs concerning women’s property and economic rights. By focusing

on both Northern and Southern European societies, these studies analyse the

consequences of different juridical frameworks and norms on the development of

the economic roles of men and women.

This volume is divided into three parts. The first, Laws, presents general outlines

related to some European regions; the second, Family strategies or marital

economies?, questions the potential conflict between the economic interests of

the married couple and those of the lineage within the nobility; finally, the third

part of the book, Inside the urban economy, focuses on economic and work activities

of the middle and lower classes in the urban environment. The assorted and

rich panorama offered by the history of the legislation on women’s economic

rights shows that similarities and differences run through Europe in such a way

that the North/South model looks very stereotyped. While this approach calls

into question classical geographical and cultural maps and well-established chronologies,

it encourages a reconsideration of European history according to a

cross-boundaries perspective.

By drawing on a wide range of social, economic and cultural European contexts,

from the late medieval to early modern age to the nineteenth century, and

including the middle and lower classes (especially artisans, merchants and traders)

as well as the economic practices and norms of the upper middle class and

aristocracy, this book will be of interest to economic and social historians, sociologists

of health, gender and sexuality, and economists.

Anna Bellavitis and Beatrice Zucca Micheletto, Routledge, 2018

Utiliser les réseaux comme outil d’analyse en histoire est aujourd’hui devenu incontournable. Les sociétés humaines, conçues en tant qu’espaces relationnels de coopération ou de confrontation, concernent en effet toutes les périodes historiques. En outre, les outils actuellement disponibles afin de représenter graphiquement les réseaux sociaux permettent d’apporter un regard plus aiguisé sur la densité des liens, voire leur nature, ainsi que le degré d’intégration des individus dans ces réseaux.

Parallèlement, les recherches sur le genre ont également connu un formidable essor, mais elles ne croisent que de manière extrêmement marginale la thématique des réseaux.

La spécificité de cet ouvrage collectif, dû à l’initiative d’une équipe d’historien·ne·s des universités de Bordeaux Montaigne et de Rennes 2, est de proposer une approche au carrefour de l’histoire des réseaux et des gender studies.

Sur un temps long – du xvie siècle à nos jours –, cet ouvrage s’intéresse à la place et au rôle des femmes dans les réseaux, qu’il s’agisse de la formation de réseaux exclusivement féminins ou de la participation à des réseaux mixtes. L’approche envisagée est résolument transdisciplinaire, afin d’enrichir la réflexion historique des apports et de la comparaison avec d’autres disciplines telles que la sociologie, discipline pionnière dans l’analyse des réseaux, l’anthropologie, la géographie ou bien encore le droit.

http://www.pub-editions.fr/index.php/reseaux-de-femmes-femmes-en-reseaux-xvie-xxie-siecles-4657.html

Carole Carribon, Dominique Picco, Delphine Dussert-Galinat, Bernard Lachaise, Fanny Bugnon,

Presses universitaires de Bordeaux, 2018.

« Venez apprendre comment, nées compagnes de l’homme, vous êtes devenues son esclave. Apprenez qu’on ne sort de l’esclavage que par une grande révolution. Cette révolution est-elle possible ? C’est à vous seules à le dire. » Officier d’artillerie et écrivain, Pierre Choderlos de Laclos (1741-1803), publie en 1782 les fameuses Liaisons dangereuses, et écrit l’année suivante ce texte sur l’émancipation des femmes. Préface de Geneviève Fraisse.

http://editionsdesequateurs.fr/enLibrairie/oo/DeLeducationDesFemmes

equateurs Education Femme Couverture

Pierre Choderlos de Laclos , éditions des Equateurs, 2018.

C’est le 3e essai du passager clandestin qui passe en poche, avec une préface de Geneviève Fraisse revenant sur les 5 années écoulées depuis la parution originale.

Ce livre réunit environ 60 entretiens et articles écrits depuis les années 1970 (de L’Humanité aux Cahiers du genre en passant par Le Monde) par l’autrice d’une œuvre d’exception sur le féminisme. Ce florilège met en lumière à la fois l’histoire du féminisme depuis plus de 40 ans et la constance de l’engagement de Geneviève Fraisse pour les droits des femmes.

« Les sexes font l’histoire », observe Geneviève Fraisse, qui nous rappelle que c’est dans l’histoire en acte que les questions théoriques du féminisme ont pris et continuent d’avoir des chances de prendre forme. Les femmes ont changé le code civil, lutté pour s’imposer dans l’espace politique, franchi des interdits non explicites comme passer le baccalauréat ou reconnaître la multiplicité des sexualités. Mais, même si les droits civils et politiques se sont égalisés, les droits économiques ont été énoncés, l’égalité dans la famille a été pensée et actée (autorité parentale, transmission du nom, union homosexuelle), le réel est encore loin de pratiquer l’égalité des sexes, comme on le redécouvre à chaque nouveau « scandale ».

Geneviève Fraisse revient sur l’ensemble de ces enjeux et de ces luttes, jusqu’à ce qui se dessine aujourd’hui autour du corps des femmes, du corps reproducteur (PMA, GPA et filiations nouvelles) au corps sexuel (violences, du harcèlement au viol). Une pensée d’une brûlante actualité, qui reconstitue avec limpidité le puzzle de la domination masculine.

http://lepassagerclandestin.fr/catalogue/poche/la-fabrique-du-feminisme.html

LA FABRIQUE DU FÉMINISME-POCHE-170X110-DEFGeneviève Fraisse, Le passager clandestin, 2018