Lettre ouverte à Jean-Marc Ayrault,  Premier ministre,

Lors d’une interview au quotidien La Croix, vous venez, à la suite du ministre de l’Éducation nationale Monsieur Vincent Peillon, de rejeter « la théorie du genre ». Pourtant la porte-parole de votre gouvernement avait en juin dernier expliqué que la théorie du genre n’existait pas.

http://www.najat-vallaud-belkacem.com/2013/06/09/la-theorie-du-genre-nexiste-pas/

Elle relayait ainsi l’ensemble de ceux qui en sciences humaines travaillent sur les relations entre hommes et femmes dans nos sociétés et s’interrogent sur le genre. Voir : http://www.mnemosyne.asso.fr/mnemosyne/mnemosyne/le-genre/ 

Nous sommes une association  d’enseignant-e-s et de chercheur-e-s qui travaillons sur l’histoire des femmes et du genre. Le genre n’est pas une théorie mais une catégorie d’analyse, une manière de considérer le sexe hors de sa dimension biologique, le « sexe social » si vous préférez. Il n’y a pas de gêne XX « rose », « vaisselle », « tendresse »  ni de gêne XY « bleu », « moto » et « force ».

Aussi, face aux mouvements qui voient dans le genre une « théorie » subversive il serait urgent et nécessaire que vous souteniez au contraire une recherche qui depuis plusieurs années a rendu les femmes visibles dans l’histoire et a montré combien les différences entre hommes et femmes, combien le « genre » est une grille de lecture des sociétés qui en enrichit l’analyse.

Monsieur le Premier ministre, nous sommes heureux et heureuses de vous offrir « La place des femmes dans l’histoire. Une histoire mixte » ouvrage collectif publié par notre association et les éditions Belin et justement destiné à nos collègues de l’enseignement secondaire pour que le genre prenne toute sa place dans les programmes scolaires.

Veuillez, Monsieur le Premier ministre, recevoir nos respectueuses et féministes salutations.

Pascale Barthélémy et Fabrice Virgili

Présidente et Vice-Président de Mnémosyne

Le 3 octobre 2013

Pour rappel, l’extrait de l’interview au quotidien La Croix le 29/09/2013

« Certains évoquent l’introduction d’une « théorie du genre » à l’école. Faut-il s’en inquiéter ?
J.-M. A. : De quoi parle-t-on ? S’il s’agit de faire reculer les stéréotypes, je pense que tout le monde sera d’accord. En effet, il reste énormément de progrès à faire en matière d’égalité entre les hommes et les femmes. Ces dernières ont des salaires moins élevés, des progressions de carrière moindres et elles sont moins nombreuses à occuper des postes à responsabilités, y compris dans la haute fonction publique.

En revanche, il n’est pas question d’introduire je ne sais quelle idéologie à l’école ! Il n’est pas question d’un temps d’enseignement sur la théorie du genre, pas plus dans les programmes scolaires que dans la formation des enseignants. Le ministre de l’éducation nationale, Vincent Peillon, a été clair là-dessus. L’objectif, c’est la lutte contre les stéréotypes, et cela passe par l’école. Je pense par exemple au partage équilibré des tâches familiales entre les parents. »

Print Friendly, PDF & Email