Venez le 1er février 2020 à l’après-midi d’études autour du développement de l’histoire des femmes et du genre depuis 2000.

PROGRAMME

Samedi 1er février

de 14h à 18h

Université Paris II Panthéon-Assas 12 place du Panthéon, Paris 5 (Salle des Conseils – Aile Soufflot – Escalier M – 2e étage)

Accueil et introduction par Michelle Perrot

Table ronde 1. Quelle histoire des femmes et du genre depuis 20 ans ? Une réflexion historiographique

Modération : Françoise Thébaud (Université d’Avignon)

Intervenantes :

Violaine Sébillotte (Université Paris I Panthéon-Sorbonne) Didier Lett (Université Paris Diderot)
Sylvie Steinberg (EHESS)
Michelle Zancarini-Fournel (Université Lyon 1)

Table ronde 2. Quelle visibilité pour cette histoire dans les institutions ? Une réflexion stratégique

Présidence : Pascale Barthélémy (ENS-Lyon)

Intervenantes :

Florence Rochefort (CNRS)
Amandine Berton-Schmitt (Centre Hubertine Auclert)
Elise Brunel (Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation) Marianne Thivend (Université Lyon-2)

Table ronde 3. Quelle diffusion, par quels canaux, pour quels publics ? Une réflexion médiatique

Modération : Fabrice Virgili (CNRS)

Intervenantes :

Cécile Beghin et Véronique Garrigues (Mnémosyne) Barbara Wolman (Matilda)
Joëlle Alazard (APHG)
Fanny Cohen-Moreau (Passion Médiévistes)

La journée d’études sera suivie d’un cocktail.

Entrée libre, dans la limite des places disponibles. Inscription obligatoire par mail à : contact@mnemosyne.asso.fr

programme-JE2020

 

Lucie Jardot, Sceller et gouverner Pratiques et représentations du pouvoir des comtesses de Flandre et de Hainaut (XIIIe-XVe siècle), PUR-Mnémosyne, 2020

Entre 1244 et 1503, Marguerite de Constantinople, Marguerite de Flandre, Jacqueline de Bavière ou encore Marie de Bourgogne ne sont pas seulement filles, épouses, et mères : elles sont avant tout des femmes régnantes. Outils de validation et de pouvoir, leurs sceaux permettent de définir les contours de leur champ politique et la singularité de leur statut. Par leurs spécificités iconographiques, héraldiques et emblématiques, les sceaux des princesses soulignent la place des femmes au sein de leurs lignées et comtés. Ce corpus sigillaire inédit, mis en regard avec les actes au bas desquels ils sont apposés (chartes, mandements, quittances), révèle les effets concrets de leur gouvernement.

Avec une préface d’Olivier Mattéoni.

La storia di genere: percorsi, intrecci, prospettive
VIII Congresso della Società Italiana delle Storiche
Verona, 4-6 febbraio 2021
Call for panel

Come nelle precedenti edizioni, la SIS si propone di rendere il congresso un’occasione di confronto e discussione sulle ricerche, sui temi e sulle categorie interpretative proprie della storia delle donne e di genere con particolare attenzione ai nuovi orientamenti storiografici in un’ottica pluridisciplinare.
La SIS rivolge perciò a studiose e studiosi, italiani e stranieri, l’invito a presentare proposte di panel, che potranno essere iscritte in un ampio arco cronologico – dall’antichità alla contemporaneità – e riferirsi ai più diversi contesti geo-politici e culturali. Il congresso si propone sia di offrire un bilancio della storia delle donne e di genere sia di dare spazio alle emergenti prospettive di indagine degli studi di genere. In particolare saranno apprezzate le proposte che adottano una prospettiva diacronica e affrontano differenti contesti storici e aree geografiche con approcci storiografici che mettano a confronto realtà locali, nazionali, transnazionali e/o globali. In questa cornice si privilegeranno i seguenti argomenti: – l’agire collettivo delle donne: le molteplici radici e i diversi orientamenti dei femminismi; – la costruzione del corpo sessuato e le scienze della vita; – la critica e/o la decostruzione del binarismo con particolare attenzione alle questioni poste dagli studi LGBTQ+; – genere, riproduzione, parentela e relazionalità; – l’impatto delle politiche ambientali e delle nuove tecnologie sul genere; – le interazioni fra il genere e il sacro; – i linguaggi e le rappresentazioni mediatiche del genere; – le politiche del desiderio e le politiche dei diritti; – produzione e consumo in una prospettiva di genere.
La SIS rivolge un invito particolarmente caloroso alla partecipazione di giovani ricercatrici e ricercatori.

Gender History: Paths, Intersections, Perspectives
VIII Conference of the Italian Association of Women Historians
Verona, February 4-6, 2021
Call for Panels

As in the past, the SIS is aiming to make the conference an opportunity to compare and discuss studies, topics and interpretational categories related to the history of women and gender with particular attention to recent scholarly trends from a multi-disciplinary perspective.
The SIS is therefore inviting historians, women and men, Italians and non-Italians to submit proposals for panels dealing with topics embedded in a wide chronology – from antiquity to the contemporary world – and referring to the most various geo-political and cultural contexts. The conference aims to provide both a picture of the current state of scholarship in the history of women and gender and also a space for emerging perspectives in gender studies. We particularly appreciate proposals that adopt a diachronic perspective dealing with different historical contexts and geographic regions and using historiographic approaches that compare local, national, transnational and/or global situations. We are especially interested in the following topics:

  • collective action by women: the multiple roots and various orientations of different expressions of feminism;
  • the construction of the sexualized body and the life sciences;
  • critique and/or the deconstruction of gender binarism with particular attention to the questions raised by LGBTQ+ studies;
  • gender, reproduction, kinship and relationality;
  • the impact of environmental policies and of the new gender technologies;
  • interactions between gender and the sacred;
  • media languages and representations of gender;
  • policies of desire and policies of rights;
  • production and consumption from a gender perspective.
    The SIS would like to extend a particularly warm invitation to young women and men researchers.

Le jury du prix Mnémosyne s’est réuni vendredi 31 janvier 2020 pour départager les 45 mémoires qui ont participé pour le Prix Mnémosyne 2019. A la lumière des expertises d’un jury toujours aussi investi, le prix Mnémosyne 2019 a été attribué au master de

Maria Goupil-Travert, Les femmes militaires dans les armées révolutionnaires, royalistes et impériales (1791 – 1851). De l’expérience transgressive au récit autobiographique, sous la direction de Sylvie Steinberg (EHESS), 2018-2019.

« Le comité de rédaction de la revue Genre & Histoire a décidé de se mettre en grève à compter du 15 janvier 2020 pour exprimer son soutien au mouvement contre la réforme des retraites, particulièrement préjudiciable aux femmes, mais également aux enseignant.es de tous les niveaux, aux chercheur·es, à tous les agents de la fonction publique et à tous les jeunes que les enseignant·es-chercheur·es forment à la vie professionnelle.

Ce comité souhaite également manifester son opposition à la loi pluriannuelle de programmation de la recherche, dont les documents préparatoires font craindre qu’elle ne précarise encore plus les jeunes chercheur·es et rende plus difficiles les différentes formes de valorisation de la recherche auxquelles les revues électroniques participent.

Les membres du comité cessent donc leurs activités éditoriales jusqu’à nouvel ordre et se joignent aux autres revues en grève pour organiser des actions collectives contre la destruction programmée de nos services publics et de notre système de protection sociale. Elles et ils invitent auteur·rices et lecteur·rices à se joindre au mouvement. «

Pour le comité de rédaction de Genre&histoire

Marianne Thivend et Dominique Picco

 

L’association L’Escouade met en œuvre un beau projet d’usage civique de l’histoire à Ville de Genève – Officiel : « 100Elles* ».

« Dans le canton de Genève, il y a actuellement 549 rues portant le nom d’un homme contre 43 celui d’une femme. Les critères de nomination des rues sont a priori non-genrés – il doit s’agir de personnes ayant marqué de manière pérenne l’histoire de Genève et décédées depuis plus de dix ans – mais un ensemble de phénomènes sociaux et culturels liés au patriarcat et au sexisme contribuent à l’invisibilisation des femmes dans l’ensemble de la sphère publique, les faisant ainsi disparaître, entre autres, de notre histoire collective et de nos rues. Ce type de mécanismes participent encore aujourd’hui à renforcer les inégalités de genre.

En 2019, le projet 100Elles*, mené par l’association L’Escouade et soutenu par le Service Agenda 21 de la Ville, a donc investi Genève, et cent figures féminines, sélectionnées selon les critères actuels de nomination des rues, ont désormais une plaque dans la ville. Grâce au travail biographique d’un collectif d’historien.ne.x.s de l’Université de Genève, ces femmes et leur histoire sont à découvrir sur le site 100Elles.ch ou à l’occasion d’une visite guidée. »

À la période charnière de la crise révolutionnaire, l’ouvrage questionne le rôle politique des femmes dans un moment propice à la transgression des normes. La Révolution a été considérée par la majorité des historiennes du Gender comme le tournant critique des rapports entre la République et les femmes. Les fonds d’archives provençales et comtadines et l’historiographie locale sont revisités en fonction du rôle des femmes dans l’espace public en situation de crise. Les pratiques politiques féminines sont d’abord étudiées dans la conflictualité d’Ancien Régime utilisée comme moyen d’expression politique. Malgré le refus des droits politiques, la période révolutionnaire voit des femmes patriotes s’affirmer comme membres du Souverain, en militant dans des clubs féminins ou mixtes, participant aux journées révolutionnaires et aux politiques de Terreur. D’autres Provençales et Comtadines se mobilisent pour résister au monde nouveau qui se crée et sont victimes de leur engagement. À côté des femmes agissantes que révèlent les archives, les sources montrent l’importance du rôle des représentations – des furies de guillotine aux victimes de la Révolution mises en valeur par le camp conservateur. On constate l’influence de ces représentations sur l’évolution des options collectives et leur enracinement géographique, ainsi que sur la place des femmes dans le champ du politique jusqu’à nos jours.

Martine Lapied,

Collection Penser le Genre, aux Presses Universitaires de Provence, 2019

Cet ouvrage collectif présente les travaux originaux d’historiens de l’Antiquité qui ont souhaité contribuer à une meilleure connaissance de la place des femmes dans les provinces orientales hellénophones de l’Empire romain, qu’il s’agisse de prêtresses (des cultes civiques, panhelléniques ou impérial) ou de chrétiennes, d’épouses de notables (citoyens romains ou non) ou d’esclaves. Tous les types de documents ont été mis à contribution : textes littéraires, inscriptions, sources archéologiques.

 

De la princesse idéale à la « reine scélérate », de la traîtresse étrangère à la figure martyre, de l’héroïne adolescente à la mère bigote, de la femme de culture à l’icône de mode, l’image de la reine Marie-Antoinette, tour à tour adorée ou honnie, n’a cessé d’évoluer au cours des siècles.
En suivant le fil de l’exposition qui se tiendra à la Conciergerie du 16 octobre 2019 au 26 janvier 2020, cet ouvrage, à travers 14 essais et 16 notices, commentera les multiples représentations de la reine et montrera comment le rapport à Marie-Antoinette a souvent été passionnel, déterminant des cultes, des hommages, ou au contraire de violentes attaques.
Si la France de son temps l’a peu comprise – aux portraits de cour et images pieuses répondent les caricatures –, les imaginaires s’en sont emparé par la suite, jusqu’à en faire une héroïne de cinéma interprétée par les plus grandes actrices (de Sarah Bernhardt à Diane Kruger), le personnage culte d’un manga japonais (La Rose de Versailles de Riyoko Ikeda) ou encore un produit de grande consommation.
La reine Marie-Antoinette connaît aujourd’hui un revival étonnant. Devenue une icône, un objet de pop culture, elle est la figure historique la plus internationalement commentée dans les livres ou les films, la plus dépeinte par les artistes contemporains ; elle incarne, tout simplement, une jeune femme de son/notre temps.
catalogue d’exposition dirigé par Antoine de Baecque, Editions du Patrimoine, 2019.