Articles

Articles

Justine Audebrand
La promotion d’une idéologie carolingienne autour de la reine Gerberge (milieu duXe siècle) [Texte intégral]
The promotion of a Carolingian ideology in the circle of Queen Gerberga (mid tenth century)
Mariela Fargas Peñarrocha
Desordenando el género de la genealogía: conflictos entre élites y desafíos a propósito de la dote (Barcelona, s. XVI-XVII) [Texte intégral]
Désordonner le genre de la généalogie : les élites au défi de la transmission des dots (Barcelone 1500-1650)
Disordering gender with genealogy: elites and the transmission of dowry (Barcelona, 1500-1650)
Damien Delille
Trans-archive. Magnus Hirschfeld et l’atlas visuel des sexualités de l’entre-deux-guerres [Texte intégral]
Trans-archive. Magnus Hirschfeld and the visual atlas of sexuality in the inter-war period
Itinéraires

Christopher Fletcher
Entretien avec Lyndal Roper [Texte intégral]

Travaux soutenus

  • Masters candidats au Prix Mnémosyne 2017 [Texte intégral]
  • Laura Tatoueix, L’avortement en France à l’époque moderne. Entre normes et pratiques (mi-XVIe siècle-1791) [Texte intégral] Thèse de doctorat en histoire moderne, EHESS et Université de Rouen Normandie, sous la direction de Sylvie Steinberg et Anna Bellavitis, soutenue le 9 novembre 2018
  • Patrick Roudière, L’engagement des femmes dans les sociétés françaises de la Croix-Rouge, 1864-1940 [Texte intégral]Thèse de doctorat en histoire contemporaine, Université Lyon 3 Jean Moulin, sous la direction d’Éric Baratay, soutenue le 1er décembre 2017
  • Bertrand Noblet, Modèles et valeurs masculins dans les manuels d’Histoire en Espagne, 1931-1982 [Texte intégral] Thèse de doctorat en histoire contemporaine, Université Clermont Auvergne, sous la direction de Jean-Philippe Luis, soutenue le 2 avril 2019
  • Émilie Blanc, “Art Power” : tactiques artistiques et politiques de l’identité en Californie (1966-1990) [Texte intégral] Thèse de doctorat en histoire de l’art contemporain, Université Rennes 2, sous la direction d’Elvan Zabunyan, soutenue le 15 novembre 2017

Comptes Rendus

  • Jean-Baptiste Bonnard / Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud, Ludovic Gaussot, Marie-José Grihom & Myriam Soria (dir.), Le corps en lambeaux. Violences sexuelles et sexuées faites aux femmes [Texte intégral]Préface de Catherine Coutelle, postface de Michelle Perrot, Rennes, Presses universitaires de Rennes, “Histoire”, 2016, 416 p.
  • Emmanuel Saint-Fuscien / Luc Capdevila, Femmes, armée et éducation dans la Guerre d’Algérie. L’expérience du service de formation des jeunes en Algérie [Texte intégral]Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017, 234 p.
  • Justine Audebrand / Simon MacLean, Ottonian Queenship [Texte intégral]Oxford, Oxford University Press, 2017, 247 p.
  • Jérôme Wilgaux /Adrienne Mayor, Les Amazones. Quand les femmes étaient les égales des hommes (VIIIe siècle av. J.-C. – Ier siècle apr. J.-C.) [Texte intégral]Paris, La Découverte, 2017 (traduit de l’anglais – États-Unis – par Philippe Pignare). Préface de Violaine Sebillotte Cuchet, 560 p.
  • Nicolas Lyon-Caen/Anne Montenach, Femmes, pouvoirs et contrebande dans les Alpes au xviiie siècle [Texte intégral]Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2017, 318 p.
  • Élisabeth Lusset / Steven Vanderputten, Dark Age Nunneries. The Ambiguous Identity of Female Monasticism, 800-1050 [Texte intégral]Ithaca/Londres, Cornell University Press, 2018, 309 p.

Cinq ans après son premier Congrès qui s’est tenu en septembre 2014 à l’ENS Lyon, l’Institut du genre organise en 2019 son deuxième Congrès, en partenariat avec l’Université d’Angers, sur le thème : « Genre et émancipation ».

Toutes les infos en ligne > https://congresgenre19.sciencesconf.org/

L’association Mnémosyne pour le développement de l’histoire des femmes et du genre souhaite une nouvelle fois manifester sa consternation et sa colère après la lecture des nouveaux programmes d’histoire-géographie de Terminale, présentés au CSE le 11 juillet et rendus publics par le SNES le 10 juillet 2019. En effet, ce texte est la confirmation que notre appel de décembre 2018 au sujet des nouveaux programmes d’histoire de Seconde et Première, n’a pas été entendu. Pire encore, les corrections apportées au programme de Terminale dans la dernière mouture proposée au CSE marquent un nouveau recul dans la représentation des femmes dans l’histoire enseignée aux jeunes lycéennes et lycéens.
Dans le programme de tronc commun général, en effet, les «Résistantes françaises» disparaissent des points de passage et d’ouverture recommandés dans la leçon sur la Seconde Guerre Mondiale et l’étude de la politique libérale de Margaret Thatcher est remplacée par celle de Ronald Reagan et de Deng Xiaoping. Les élèves de terminale n’entendront parler de femmes que dans une sous-partie du thème 3 sur le tournant social, politique et culturel de la France entre 1974 et 1988, consacrée à «l’évolution de la place et des droits des femmes et des jeunes», avec un point de passage et d’ouverture sur la Loi Veil de 1975. Dans le programme de spécialité H2GSP, peu propice à une lecture mixte et égalitaire de la géopolitique mondiale, on observe la suppression du thème 4 sur «pauvreté et inégalités», qui permettait de réfléchir dans ses jalons sur «femmes et pauvreté, les programmes de l’ONU pour réduire les inégalités», et sur «les politiques publiques dans les pays européens en faveur de l’égalité entre hommes et femmes depuis les années 60». Reste pour ce programme un jalon dans l’axe 1 du thème 6, «L’enjeu de la connaissance», intitulé «Donner accès à la connaissance: grandes étapes et alphabétisation des femmes du XVIème siècle à nos jours dans le monde». Dans le programme de terminale technologique, seul un sujet d’étude sur «l’évolution de la place et des droits des femmes», la dernière prévue pour le programme de l’année, permettra aux élèves d’entendre parler de femmes et de luttes pour l’égalité.
Cette lecture des programmes proposés par la DGESCO invite à trois remarques. Tout d’abord, la quasi disparition d’une histoire sociale et culturelle ne laisse aucune possibilité de transmettre une histoire mixte. La faiblesse des occurrences féminines dans les thèmes, les axes, les jalons ou les points de passage et d’ouverture, comme l’ignorance absolue des problématiques de genre ne permettra guère aux enseignants de proposer à leurs élèves une vision renouvelée de l’histoire, et donc de répondre à une demande sociale de plus en plus clairement exprimée. D’autre part, les thèmes choisis pour évoquer les femmes n’apportent en rien un renouvellement ni un approfondissement de connaissances aux élèves: ils se contentent de reprendre des leçons déjà abordées dans les cours de collège. Enfin le contenu des leçons et les problématiques choisies ne rendent pas hommage aux multiples travaux de chercheur.e.s en histoire et en sciences sociales, qui permettent d’enrichir ou renouveler la plupart des éléments du programme. Si l’on peut saluer l’effort fait d’évoquer les difficultés d’accès à l’éducation et au savoir des femmes dans le programme de H2GSP, nous espérions que les rédactrices et rédacteurs du nouveau programme d’histoire de Terminale auraient saisi l’occasion de diffuser des connaissances sur la présence des femmes dans l’histoire, les inégalités entre les sexes, et ainsi en sensibilisant les lycéennes et les lycéens, contribuer à édifier une société plus égalitaire. Espoir déçu qui renforcera à l’avenir notre mobilisation.
L’Association Mnémosyne pour le développement de l’histoire des femmes et du genre

N’hésitez pas à diffuser ce texte largement dans vos réseaux.

 

 

 

Call for Applications for one doctoral and two post-doctoral positions advertized in connection with my ERC-supported research project Women’s labour activism in Eastern Europe and transnationally, from the age of empires to the late 20th century ( ZARAH ) .

https://www.ceu.edu/project/zarah-womens-labour-activism

 

 

 

 

Project Description
ZARAH explores the history of women’s labour activism and organizing to improve labour conditions and life circumstances of lower and working class women and their communities—moving these women from the margins of labour, gender, and European history to the centre of historical study.
ZARAH’s research rationale is rooted in the interest in the interaction of gender, class, and other dimensions of difference (e.g. ethnicity and religion) as forces that shaped women’s activism. It addresses the gender bias in labour history, the class bias in gender history, and the regional bias in European history. ZARAH conceives of women’s labour activism as emerging from the confluence of local, nation-wide, border-crossing and international initiatives, interactions and networking. It studies this activism in the Austro-Hungarian and Ottoman Empires, the post-imperial nation states, and during the Cold War and the years thereafter. Employing a long-term and trans-regional perspective, ZARAH highlights how a history of numerous social upheavals, and changing borders and political systems shaped the agency of the women studied, and examines their contribution to the struggle for socio-economic inclusion and the making of gender-, labour-, and social policies.
ZARAH comprises, in addition to the PI, an international group of post-doctoral and doctoral researchers at CEU, distinguished by their excellent command of the history and languages of the region. ZARAH consists of a web of component and collaborative studies, which include all relevant groups of activists and activisms, span the whole region, and cover the period between the 1880s and the 1990s. It will generate key research resources that are available to all students and scholars.
The positions advertised now each include, in addition to the collaborative work, a focus on one component study. The component studies involve a focus on both a specific region and related trans- and international connections and organizing.

MIGRANTES, MIGRANTS relire les sources, réécrire l’histoire est en ligne sur la chaine Association Mnémosyne – Dailymotion

avec toutes les interventions et les débats des tables ronde.

migrantes, migrants
relire les sources, réécrire l’histoire
La féminisation des migrations internationales est une réalité et fait l’actualité. Aussi la visibilité de ces migrantes tout autant que les politiques migratoires ou l’accueil des réfugié.e.s obligent à explorer la dimension genrée des migrations. Cette journée d’étude souhaite faire connaitre l’histoire du genre des migrations et ainsi contribuer à une réflexion collective sur ces enjeux. Depuis près de 40 ans, des recherches historiques ont montré et analysé la part des femmes dans les migrations qui varie selon les moments, les espaces et les groupes. Les recherches récentes qui intègrent le concept de genre s’intéressent à cette variation dans la longue durée (de la préhistoire à nos jours), aux parcours migratoires, aux représentations genrées des migrant.e.s, et les étudient en lien avec les normes sociales à différentes échelles et les systèmes étatiques et économiques. Deux tables rondes, l’une sur l’historiographie et l’autre sur les sources, porteront sur différentes périodes, de l’Antiquité à la période contemporaine.

Ouverture
Marianne AMAR, Musée national de l’histoire de l’immigration
Julie VERLAINE, présidente de Mnémosyne

Table ronde 1 Questionner le genre des migrations (14h-15h30)
Modératrice : Delphine DIAZ, Université de Reims Champagne-Ardenne, CERHiC
Brigitte LION, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ArScAn
Irene BARBIERA, Université de Padoue
Nancy L. GREEN, EHESS, CRH (Paris)

PAUSE 15h30-16h

Table ronde 2 Nouveaux regards (16h-17h30)
Modératrice : Sylvie APRILE, Université Paris Nanterre, ISP
Antonio DE ALMEIDA MENDES, Université de Nantes, CRHIA
Linda GUERRY, LARHRA (Lyon) et Institut des Migrations
Caroline IBOS, Université Rennes 2, LEGS (Paris)

La journée a eu lieu le SAMEDI 19 JANVIER 2019 au Musée national de l’histoire de l’immigration à Paris

L’émission Eclats d’histoire d’Aligre FM, animée par Luc Daireaux, était consacrée ce jeudi 7 mars 2019 à l’histoire des femmes et du genre.
Au programme : la présentation des activités de Mnémosyne et un dialogue avec les lauréates du prix Mnémosyne 2018 :
– Lucie Jardot, Prix de l’association Mnémosyne 2018, pour son master (Paris I, 2017), Les sceaux des comtesses de Flandre et de Hainaut (XIIIe-XVe s.) : de la représentation princière au pouvoir politique.
-Chloé d’Arcy, mention spéciale du Prix Mnémosyne 2018, pour son master (2017, Sciences Po), Marie Taglioni, étoile de la danse. Constructions, évolutions et implications du vedettariat de la ballerine (1822-1870).

Voici le lien vers l’émission, réécoutable et téléchargeable :
https://soundcloud.com/luc-daireaux/eclats-dhistoire-aligre-fm-autour-de-lhistoire-des-femmes-c-darcy-et-l-jardot-070319

Le dernier numéro de Genre & Histoire,  22 | Automne 2018 est en ligne.

Sous la direction de Charles-François Mathis et Florence Tamagne

  • Charles-François Mathis
    Introduction : Pour un croisement des histoires environnementale et du genre
    Combining gender and environmental history: a fertile crossbreeding
  • Émilie-Anne Pépy
    Les femmes et les plantes : accès négocié à la botanique savante et résistance des savoirs vernaculaires (France, xviiie siècle)
    Women and plants: between scholarly botany and traditional knowledge (France, 18th century)
  • Raphaël Morera et Thomas Le Roux
    Blanchisseuses du propre, blanchisseurs du pur. Les mutations genrées de l’art du linge à l’âge des révolutions textiles et chimiques (1750-1820)
    Laundrywomen and the Clean, Laundrymen and the Pure: Gendered Transformations of Laundering in the Age of the Textile and Chemical Revolutions (1750-1820)
  • Fabien Carrié
    « Vraies protectrices » et représentantes privilégiées des sans-voix : l’engagement des femmes dans la cause animale française à la fin du xixe siècle
    “True Protectresses” and Privileged Representatives of the Voiceless: The Mobilisation of Women in the French Animal Protection Movement at the end of the nineteenthcentury
  • Vincent Porhel
    Genre, environnement et conflit à Plogoff (1980)
    Gender, Environment and Conflict in Plogoff (1980)
  • Isabelle Cambourakis
    Un écoféminisme à la française ? Les liens entre mouvements féministe et écologiste dans les années 1970 en France
    French Style Ecofeminism? The Links between Feminist and Ecologist Movements in the 1970s in France
  • Rachele Ledda
    Women’s presence in contemporary Italy’s environmental movements, with a case study on the Mamme No Inceneritore committee
    La présence des femmes dans les mouvements écologistes italiens – étude de cas du comité Mamme No Inceneritore
Le jury du prix Mnémosyne s’est réuni vendredi 18 janvier 2019 et a débattu avec enthousiasme et grande efficacité. A la lumière des expertises et après de denses délibérations et un vote, le prix Mnémosyne 2018 a été attribué au master de

Lucie Jardot, Les sceaux des comtesses de Flandre et de Hainaut (XIII-XVe s.) de la représentation princière au pouvoir politique : le discours par l’image et en actes, sous la direction de Olivier Mattéoni (Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne) et Mme Marie-Adélaïde Nielen (Archives Nationales), juin 2017.

Une mention spéciale a également été décernée au mémoire de

Chloé d’Arcy, Marie Taglioni, Etoile de la danse. Constructions, évolutions et implications du vedettariat de la ballerine (1822-1870), sous la direction de Jean-François Sirinelli (Institut d’Études Politiques de Paris), septembre 2017.

Les résumés de tous les masters ayant candidaté au prix seront prochainement mis en ligne sur le site de Mnémosyne.

Camille Dejardin, Madame Blakey. Une femme entrepreneure au XVIIIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, collection Mnémosyne, 2019, ISBN : 978-2-7535-7630-8

avec une préface d’Anne Conchon,

S’appuyant à la fois sur des sources économiques, des archives notariées et des correspondances, articulant histoire économique et problématiques de genre, ce livre propose à travers le cas de Madame Blakey une réflexion novatrice sur l’entrepreneuriat au féminin durant le siècle des Lumières. Mariée puis séparée des biens de son mari, Marguerite Élisabeth Aumerle dirige un commerce de biens de semi-luxe intégré dans des circuits internationaux. Accusée de banqueroute frauduleuse et incarcérée au Petit Châtelet en 1771 pendant plusieurs mois, elle réussit à relancer son activité économique, grâce à d’habiles stratégies que cet ouvrage s’applique à éclairer.

disponible aux PUR