Podcast

 

Depuis plusieurs années, à Paris et dans toutes les grandes villes du monde, les artistes féminines font leur apparition dans les musées et les galeries : dans le sillage des études de genre et de l’histoire des femmes, les artistes ou photographes du passé, longtemps invisibilisées sont « redécouvertes » et exposées devant un public ébahi de leur existence. Certaines artistes contemporaines parviennent à exposer leur travail, construire une œuvre et une renommée.

Si cette évolution vitale pour le milieu de l’art est bien accueillie du grand public il reste beaucoup à faire pour que les femmes artistes deviennent des artistes à l’égale des hommes. Les historiens et historiennes de l’art et du genre attirent l’attention sur la nécessité d’exposer, historiciser et analyser leurs œuvres autrement.

Dans les cours d’histoire, les artistes femmes sont peu ou pas étudiées, et lorsqu’un tableau féminin est utilisé, on ne pose jamais sur lui de questionnement de genre. Par ailleurs la représentation des femmes par les artistes hommes n’est jamais questionnée sous l’angle du genre.

Aujourd’hui alors que de nombreuses expositions sur des femmes artistes ont lieu à Paris, nous allons tenter avec Julie Verlaine de décrypter pour vous ces questions complexes.

Bibliographie

Ouvrages :

  • J. Birnbaum, Women artists in interwar France. Framing Feminities, Farnham, Ashgate, 2011
  • Foucher Zarmanian, Créatrices en 1900 : femmes artistes en France dans les milieux symbolistes, Mare & Martin 2015
  • Gonnad, W. Chadwick, The modern Woman revisited : Paris between the wars, 2003
  • Gonnard, Women Together/Women Apart : Portraits of Lesbian Paris, 2005.
  • Gonnard, Elisabeth Lebovici, Femmes artistes/artistes femmes. Paris, de 1881 à nos jours, Paris, Hazan, 2007.
  • Le Gac, F. Virgili, (dir.) L’Europe des femmes, XVIIIe – XXIe siècle. Recueil pour une istoire du genre en VO, Chapitre 10 « Place aux artistes », Perrin, 2017
  • Nochlin, Women, Art and Power, and other essays, NY, Routledge, 1988.
  • Sofio, Artistes femmes, la parenthèse enchantée (XVIIIe-XIXe siècles), Paris, CNRS éditions, 2014.

Articles et revues :

Sitographie :

Crédit :

Générique : Musique libre de droit par Musicincloud.

Un podcast produit par l’Association Mnémosyne avec Cécile Béghin, animé par Fanny Cohen-Moreau. Textes lus par Clémentine Letellier.

Retour à la liste des épisodes

Aujourd’hui, nous avons l’immense plaisir et honneur de recevoir Bibia Pavard, chercheuse spécialiste du féminisme contemporain, que vous connaissez peut-être mieux depuis la sortie de son livre déjà culte, écrit avec Florence Rochefort et Michelle Zancarini-Fournel, Ne nous libérez pas, on s’en chargeune histoire des féminismes de 1789 à nos jours, publié aux éditions La Découverte en 2020. Et puis elle est, depuis le 4 février 2022, la nouvelle Présidente de Mnémosyne.

[Attention, dans cet épisode nous parlons de violences sexistes et sexuelles, et notamment de viols.]

 

L’ouvrage a pour ambition de retracer une minutieuse histoire des féminismes depuis 1789. Notre ambition dans cet épisode sera plus restreinte : pour rester dans la thématique du corps, entamée dans notre épisode 9, Cécile Beghin a voulu explorer les liens qui se tissent entre le corps des femmes et les combats menés par les féministes entre seconde guerre mondiale et 1982, en particulier autour du droit à l’avortement.

Pour évoquer cette loi et la décennie qui l’a vue naître, on utilise parfois l’expression de « libération féminine ». Cette expression correspond-elle à une réalité et peut-elle véritablement être reliée aux étapes qui ont permis l’adoption puis la mise en place des lois sur la contraception et l’avortement, entre 1967 et 1982 ? Dans quel contexte politique et social ces lois ont-elles été adoptées ? quels obstacles ont-t-elle rencontrés ? Quels combats ont-elle impliqué ?

Avec Bibia et Clémentine, de retour parmi nous aujourd’hui pour la transposition didactique, mais sans fabliaux, nous allons essayer de répondre à toutes ces questions.

 

Bibliographie

  • Bibia Parvard, « Genre et militantisme dans le Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception. Pratique des avortements (1973-1979) », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 29 | 2009 « 68’, révolutions dans le genre ? »
  • Bibia Pavard, Florence Rochefort, Michelle Zancarini-Fournel, Les lois Veil. Les lois événements fondateurs. Contraception 1974, IVG 1975, Paris, Armand Colin, coll. «U Histoire », série : Les événements fondateurs, 2012.
  • Bibia Pavard, Si je veux, quand je veux. Contraception et avortement dans la société française (1956-1979), Presses universitaires de Rennes, coll. « Archives du féminisme », 2012.
  • Bibia Pavard, « Quand la pratique fait mouvement. La méthode Karman dans les mobilisations pour l’avortement libre et gratuit (1972-1975) », Sociétés contemporaines 2012/1 n° 85, pages 43 à 63.
  • Maud Gelly, Bibia Pavard, « De la fabrique des militantes à la fabrique des patientes, Deux mobilisations des profanes : l’avortement (1972-1975) et le dépistage du sida (2007-2011) » Genèses 2016/1 n° 102, pages 47 à 66.
  • Bibia Pavard, Florence Rochefort, Michelle Zancarini-Fournel, Ne nous libérez pas, on s’en charge. Une histoire des féminismes de 1789 à nos jours, La Découverte 2020.
  • Retronews, dossier Société : Lois réprimant l’avortement et la contraception en 1920 et 1923. lien vers le dossier
  • Travaux préparatoires à la loi relative à la régulation des naissances, 20 décembre 1966. lien vidéo, ORTF, Réalisateur : Daniel Costelle. Durée : 03min 23s

Pour pimenter l’hiver, Clémentine Letellier et Cécile Beghin ont eu envie de sortir des lignes étroites tracées par les programmes et de vous emmener explorer une contrée exotique : celle des corps et des sexualités médiévales. En effet, chaque régime de genre implique des spécificités dans le rapport des sociétés au corps et à la sexualité. Comment les médiévaux considèrent-ils les corps des hommes et des femmes ? Quelles représentations s’établissent autour des corps féminins et masculins ? Quelles sexualités sont autorisées, recommandées ou interdites et condamnées ? En quoi les sexualités sont-elles révélatrices des mentalités et des rapports de domination qui structurent la société médiévale ?

Avec l’aide de Didier Lett, Professeur d’histoire médiévale à l’Université de Paris VII et spécialiste de la famille et des sexualités dans le Bas Moyen-Âge, Clémentine et Cécile vont essayer de répondre à toutes ces questions et elles parient qu’elles vont parvenir à vous montrer que ces questionnements sur les sexualités médiévales nous renvoient à des questionnements plus contemporains sur l’éducation à la sexualité de notre jeunesse.

Et parce que parler de sexualité ne signifie pas seulement aborder des thèmes réjouissants, il sera également fait mention dans cet épisode de violence sexuelle envers les femmes et les enfants. Pour parler de ces sujets plus dramatiques, nous présenterons le dernier ouvrage de Didier Lett, Viols d’enfants au Moyen Âge, genre et pédocriminalité à Bologne (XIVe – XVe siècle), paru aux éditions PUF en 2021.

La femme nouvelle, C. Fayolle

Caroline Fayolle, « La femme nouvelle. Genre, Education, Révolution (1789 – 1830), Paris, Editions du CTHS, 2017.

La citoyenneté est une notion complexe qui tient une place importante dans les programmes de collège et de lycée, mais qui est généralement utilisée de façon assez simpliste, avec le sens de « citoyenneté politique » qui en exclut longtemps les femmes. Avec Caroline Fayolle, agrégée d’histoire et MCF en histoire à l’université de Montpellier, nous nous interrogerons donc dans cet épisode sur la notion de citoyenneté révolutionnaire et sur l’éducation des femmes.

Bibliographie : 

  • Barthélémy Pascale, Sebillotte-Cuchet Violaine, « Sous la citoyenneté, le genre », Clio. Femmes, Genre, Histoire, n°43, 2016, Citoyennetés, pp. 7 – 22.
  • Bonaventure Lafaurie Élisabeth, Discours sur l’état de nullité dans lequel on tient les femmes, relativement à la politique, 1791. Texte édité par Caroline Fayolle, SIEFAR.
  • Fayolle Caroline, « Les fonctions politiques de la famille dans les livres d’éducation (1793 – 1816) », Dix-huitième siècle, n° 2010/1, pp. 633 – 653.
  • Fayolle Caroline, « Le sens de l’aiguille. Travaux domestiques, genre et citoyenneté (1789 – 1799) », Cahiers du Genre, 2012/2, n°53, pp. 165 – 187.
  • Fayolle Caroline, « Des petites républiques de filles. Projets et expérimentations pédagogiques révolutionnaires (1793 – 1794) », La Révolution française, 2013/4 Pédagogies, utopies et révolutions (1789 – 1848).
  • Fayolle Caroline, La Femme nouvelle. Genre, éducation, Révolution (1789 – 1830), Paris, CTHS, 2017.
  • Fayolle Caroline, « Madame Roland, symbole de l’influence « pernicieuse » des femmes sur la politique », Retronews, 2019, url : retronews
  • Godineau Dominique, Citoyennes tricoteuses. Les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution, Aix-en-Provence, 1988.
  • Godineau Dominique, « Autour du mot citoyenne », Mots, n°16, mars 1988. Numéro spécial Langages. Langue de la Révolution française, pp.91 – 110.
  • Marques-Pereira Bérangère, La citoyenneté politique des femmes, Paris, 2003.
  • Marques-Pereira Bérangère, Pfefferkorn Roland, « Genre, politiques sociales et citoyenneté : enjeux et recompositions », Cahiers du genre, 2013/3, pp. 5 – 19.
  • Mazeau Guillaume, Plumauzille Clyde, « Penser avec le genre : trouble dans la citoyenneté révolutionnaire », La Révolution française, n°9, 2015.
  • Moszkowski-Ouargli Pauline, Citoyennes des champs. Les femmes de Beaumont-du-Périgord pendant la Révolution française, PUR, coll. Mnémosyne, 2015.

Crédit :

Générique : Musique libre de droit par Musicincloud.

Un podcast produit par l’Association Mnémosyne avec Cécile Béghin, animé par Fanny Cohen-Moreau. Textes lus par Clémentine Letellier.

Retour à la liste des épisodes